Des cartes de Noël qui font le bonheur des petits et des grands

Une centaine d’enfants ont dessiné des cartes de Noël et ont écrit des mots doux aux résidants du CHSLD Nazaire-Piché, à Lachine. Cette initiative, reproduite dans plusieurs résidences, touche le cœur des aînés bien plus qu’on pourrait l’imaginer à l’approche des fêtes de fin d’année.


Publié à 5h00

« Ça me fait chaud au cœur. Beaucoup, beaucoup », dit Louise Gosselin, d’une voix émue. La dame de 80 ans vient de recevoir une carte avec le dessin d’un gros bonhomme rouge, d’un sapin et de flocons de neige.

À l’intérieur, Aryella, 6 ans, a rédigé un message : « On dit que je suis une personne joyeuse […] Ce que j’aime pendant les fêtes, c’est d’ouvrir mes cadeaux de Noël », raconte la fillette qui aime aussi le bricolage et jouer avec ses amis.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

En voyant les élèves au CHSLD, Louise Gosselin s’est rappelée les moments joyeux qu’elle passe avec ses six petits-enfants, a-t-elle dit.

« Je vous souhaite paix et bonheur pendant la saison des fêtes », conclut l’enfant.

Aryella, comme des dizaines d’autres enfants, a déposé une carte dans la boîte aux lettres de la bibliothèque Saul-Bellow. Cette boîte, aux allures rétro, a d’abord été utilisée dans le cadre du Festival de littérature jeunesse de Montréal, l’été dernier. Après l’évènement, les organisateurs l’ont offerte à la bibliothèque.

« On s’est dit que ce serait une bonne idée d’avoir un endroit où les gens pourraient déposer un message et échanger avec des personnes avec qui ils ne communiqueraient pas nécessairement », explique Jonathan Gosselin, chef de section des bibliothèques de Lachine.

À l’approche des Fêtes, la boîte aux lettres a donc été mise à la disposition des jeunes abonnés de la bibliothèque, plus précisément ceux de 17 ans et moins, pour une première fois. Ces derniers ont été invités à confectionner une carte de souhaits pour une personne aînée du quartier. Un gabarit a été créé pour ceux en manque d’inspiration.

« C’est une occasion pour des jeunes qui sont pleins de vie, d’énergie et de pureté de communiquer avec des personnes âgées qui se sentent seules pendant les Fêtes », précise M. Gosselin.

« Je vais la mettre sur mon bureau »

Quelques jours avant Noël, la centaine de cartes a été distribuée au CHSLD Nazaire-Piché. Pour l’occasion, les élèves d’une classe de quatrième année de l’école Jardin-des-Saints-Anges, située à deux coins de rue, ont aussi contribué en fabriquant une carte et en la remettant en main propre à un aîné. Ce jour-là, il y avait des yeux brillants dans la salle de réception du CHSLD. Parfois même des yeux mouillés.

« Je suis bien contente. J’aime tellement les enfants. Avant, j’avais une garderie chez moi », raconte Jeanine Conway qui est inarrêtable lorsqu’on lui demande de nous lire la carte qu’elle a reçue.

« J’ai quatre petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants », poursuit celle qui s’apprête à célébrer son 94e anniversaire, le 26 décembre.

« Je suis contente, répète-t-elle. Je vais mettre la carte sur mon bureau », explique Mme Conway, tout sourire.

Louis Veronneau, qui reste mystérieux quant à son âge, admet qu’il a eu de la difficulté à déchiffrer sa carte écrite au crayon à mine. Nous la lui lisons : « Ce que j’aime pendant les fêtes, écrit Adrien, 11 ans, c’est l’ambiance, les soupers de famille, les vacances et les repas traditionnels… même si je suis végétarien. »

Le message fait rire l’homme. « Ça me fait du bien », dit-il. Puis il se remet à chanter Jingle Bells en même temps que la musique qui joue pour égayer les résidants.

Louise Gosselin se dit touchée que de petits inconnus aient pris le temps de lui faire un dessin. « Je trouve ça gentil. C’est spécial de voir que les enfants nous aiment », dit-elle, en retenant ses larmes.

Des messages qui font du bien

Ces cartes confectionnées par de petites mains, elles procurent non seulement de la joie aux aînés, mais aussi aux enfants qui les préparent, soutient Rébecca Bigué, l’enseignante de quatrième année qui a participé au projet.

« Un après-midi dans la classe, j’ai sorti de la peinture, des brillants et on a discuté des messages que l’on pourrait écrire », explique-t-elle. « Ces personnes sont parfois seules et ne voient pas leur famille aussi souvent qu’elles le voudraient. On a donc décidé d’écrire des messages qui leur feraient du bien », précise Mme Bigué.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

« Les dessins colorés, l’écriture enfantine, le choix des mots parfois drôles, ça touche énormément nos résidants », soutient Jo-Anne LaVallière, récréologue du CHSLD.

Milan Boutin, elle, a dessiné une guirlande avec de petites lumières colorées. Dans son message, elle a souhaité à la personne qui lirait sa lettre qu’elle passe un joyeux Noël, entourée de gens qui lui sont chers.

« Je suis contente parce que j’ai l’impression que je fais un beau cadeau à des personnes âgées », a expliqué la fillette de 9 ans, entourée de ses camarades de classe et de quelques aînés.

La moitié des résidants du CHSLD Nazaire-Piché voit leur famille seulement une fois par année, ou pas du tout, soutient Jo-Anne LaVallière, récréologue de l’établissement. Avant la pandémie, des enfants d’une garderie visitaient parfois les aînés, mais ces rencontres ont dû cesser à cause de la COVID-19. Elles reprennent à peine.

« Les résidants adorent ça quand ils échangent avec des enfants, dit Mme LaVallière. Aujourd’hui, ils ont reçu des cartes. Les dessins colorés, l’écriture enfantine, le choix des mots parfois drôles, ça touche énormément nos résidants. »

La boîte aux lettres

PHOTO FOURNIE PAR L’ARRONDISSEMENT DE LACHINE

Boîte aux lettres de la bibliothèque Saul-Bellow

La boîte aux lettres de la bibliothèque Saul-Bellow a d’abord été utilisée dans le cadre du Festival de littérature jeunesse de Montréal, l’été dernier. Celle-ci a servi lors d’un atelier dirigé par Pierrette Dubé et Aurélien Galvan, l’autrice et l’illustrateur du livre La boîte aux lettres. La boîte, qui a servi à amasser les cartes de Noël remises aux résidants du CHSLD Nazaire-Piché, a été décorée par Aurélien Galvan. « Le Festival, ce n’est qu’une seule journée en été, mais on aime que nos activités durent dans le temps et profitent à plusieurs personnes. C’est pour ça qu’on a pensé à remettre la boîte aux lettres à la bibliothèque », explique Françoise Conea, directrice générale de l’évènement.

L' article original se trouve sur ce site

Share

Pays où se trouve d'importantes communautés juives

France
30,513,713
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Belgium
4,211,511
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Canada
3,926,613
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Switzerland
3,708,891
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Israel
4,301,609
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am

Dernière mise à jour

FAQ

Articles similaires

« Astérix et Obélix, l’Empire du milieu », meilleur démarrage d’un film français depuis 15 ans

Par Toutatis, les Gaulois explosent tout sur leur passage. Le film Astérix et Obélix :...

COVID-19: les hospitalisations sont toujours en baisse, mais cinq décès s’ajoutent

MONTRÉAL — Les hospitalisations liées à la COVID-19 ont continué de diminuer dans les...

Réforme des retraites : « Ça n’est pas simple, mais indispensable »… Sur France 2, Elisabeth Borne persiste et signe

Sous la pression de mobilisations grandissantes contre sa réforme des retraites, la Première ministre...

Toulouse : Services fermés, temps d’attente rallongés, magistrats épuisés… La justice au bord du burn-out

« Ma justice va craquer ». Ce pourrait être le titre d’un film dont le scénario...