En Equateur, près de 800 cadavres retirés des habitations de Guayaquil

Guayaquil paie d’un chaos dantesque ses failles dans la gestion de la pandémie. Dans la capitale économique de l’Equateur, des centaines de cadavres ont été délaissés chez eux, voire dans les rues, enveloppés de plastique noir, des jours durant. La puanteur de la mort flotte aux abords des hôpitaux et devant les cimetières se forment de longues files de véhicules chargés de cercueils en carton.

En manque de fonds et de personnel, le secteur sanitaire s’est totalement effondré, alors que les services funéraires ont été dépassés. Un responsable a annoncé dimanche que près de 800 cadavres avaient été retirés de logements de Guayaquil par une force spéciale formée de policiers et de militaires et créée par le gouvernement.

Lire aussi: L’expansion du nouveau coronavirus

«Le nombre (de corps) que nous avons recueilli dans les habitations avec la force spéciale a dépassé les 700», a déclaré Jorge Wated le chef de cette force. Un peu plus tard, Jorge Wated a indiqué sur son compte Twitter que le nombre de cadavres recueillis par cette force dans des habitations était désormais de 771, auxquels s’ajoutent 631 corps qui se trouvaient dans les hôpitaux, dont les morgues sont pleines.

Le pire est en plus à venir, puisque les autorités prévoient jusqu’à 3500 morts du Covid-19. La province de Guayas, dont Guayaquil est le chef-lieu, concentre 72% de près des 7500 cas dans ce petit pays de 17,5 millions d’habitants.

Le port de Guayaquil, situé sur la côte Pacifique (sud-ouest), est apparu dès le début comme un point particulièrement vulnérable: c’est là que le premier cas équatorien a été détecté, une vieille dame revenue d’Espagne. Un demi-million d’Equatoriens vivent en Espagne en Italie, pays très touchés par la pandémie, beaucoup ayant migré lors de la crise financière des années 1990. Le flux des échanges entre Guayaquil, l’Europe et aussi les Etats-Unis, est intense, surtout en février et mars, période de vacances scolaires.

L’Equateur «a réagi tardivement»

Pour Daniel Simancas, épidémiologiste de l’Université technologique équinoxiale (UTE) à Quito, l’Equateur «a réagi tardivement». Cela a eu les «conséquences dévastatrices que nous avons vues. Les autorités elles-mêmes ont présenté leurs excuses pour l’absence de stratégies dans la gestion des cadavres, de prévision dans l’approvisionnement en matériels médicaux», a-t-il estimé lors d’un entretien à l’Agence France Presse (AFP).

Le «bouillon de culture» social de Guayaquil a aggravé la crise. Bien que le Guayas soit la province la plus productive du pays, son chef-lieu détient un taux de pauvreté de 11,2%, selon des chiffres officiels de décembre. Chômage et sous-emploi touchent 20% de la population active. 

Lire aussi le blog: Cherté et insécurité alimentaire au Sud

Aucune formule n’a «été suffisamment puissante pour résoudre l’iniquité», selon le sociologue Carlos Tutiven de l’université Casa Grande, là où voisinent riches villas et bidonvilles dans cette ville, qui a résisté au socialisme de l’ex-président Rafael Correa (2007-2017), fait d’investissements sociaux et d’endettement élevé.

Ainsi, dans le Guayas, près de 3300 personnes ont violé le couvre-feu de 15 heures par jour décrété par le gouvernement. Malgré les militaires déployés dans les rues, il est fréquent d’y voir des vendeurs ambulants, sans masque, et des files d’attente devant les commerces, sans la distanciation recommandée.

Le gouvernement admet de graves failles

Carlos Tutiven souligne une «faiblesse» de l’information sur les mesures de précaution, ajoutant que «tout le monde ne peut faire preuve d’obéissance ou de discipline car une grande majorité vit dans des conditions très précaires». Selon l’épidémiologiste Daniel Simancas, les pauvres n’ont pas été les seuls à ne pas rester chez eux: «De nombreuses familles ayant beaucoup d’argent et de pouvoir ont sous-estimé la puissance de ce virus et n’ont pas respecté les mesures de quarantaine».

Très critiqués, le gouvernement du président Lenin Moreno et les autorités locales ont admis de graves failles. La maire Cynthia Viteri, elle-même contaminée et qui s’en est remise, a reconnu la culpabilité de «tous».

«Nous voyons tomber nos morts en silence chaque jour; nous entendons la voisine pleurer pour son proche décédé (…) une femme enceinte qui n’a pas d’hôpital où accoucher, et cent personnes sont mortes de ne pouvoir faire de dialyse. (…) Ici, ce n’est pas seulement le système sanitaire qui s’est effondré, mais aussi les services funéraires et les morgues», a-t-elle déploré.

L' article original se trouve sur ce site

Share

Pays où se trouve d’importantes communautés juives

France
225,198
Cas Confirmés
Belgium
70,314
Cas Confirmés
Canada
118,973
Cas Confirmés
Switzerland
35,616
Cas Confirmés
Israel
74,430
Cas Confirmés

Dernière mise à jour

Alexandre Del Valle. “De Black Lives Matter au djihadisme”. Entretien avec Pierre Rehov, spécialiste franco-israélien de l’anti-terrorisme

Pierre Rehov Pierre Rehov est reporter de guerre, réalisateur de documentaires, chroniqueur dans la presse française, israélienne et américaine et romancier. Bien avant que le...

Violences sexuelles dans le patinage : Vingt-et-un entraîneurs mis en cause par le ministère des Sports

Une compétition de patinage, le 1er février 2020 à Rouen (photo d'illustration). — Maxime Le Pihif/SIPALe ministère des Sports a annoncé mardi que l’Inspection...

Coronavirus : Pour aider la Sécurité sociale, le gouvernement veut mettre à contribution les mutuelles santé

Pendant le confinement, les Français sont très peu allés se faire soigner. — FRED TANNEAU / AFPPendant la crise, les complémentaires santé ont fait de...

Le Liban glisse dans l’abîme d’un «État en faillite»

Lorsqu’il a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères du Liban le lundi 3 juillet, Nasser Hitti a déclaré que son pays...

Coronavirus: rejet d’un recours de citoyens et d’un cinéma contre les obligations de port du masque

Actualité Belgique Publié le mardi 4 Août 2020 à 14h41Par Sudinfo avec Belga Le Conseil d’Etat a rejeté lundi des demandes de suspension introduites en extrême urgence...

Coronavirus: vous revenez d’une «zone rouge»? Voici les obligations et interdictions à suivre en matière de quarantaine (vidéo)

Actualité Coronavirus Publié le mardi 4 Août 2020 à 14h40 Si vous revenez d’une « zone rouge » vous êtes dans l’obligation de vous mettre en quarantaine pour une...

FAQ

Questions-Réponses

Qu’est-ce qu’un coronavirus ? Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’homme et chez l’animal. On sait que, chez...

Quand et comment utiliser un masque ?

Quand utiliser un masque ? Si vous êtes en bonne santé, vous ne devez utiliser un masque que si vous vous occupez d’une personne...

En finir avec les idées reçues

FAIT ÉTABLI : Boire de l'alcool ne protège pas contre la COVID-19 et peut être dangereux Une consommation fréquente ou excessive d'alcool peut augmenter les...

Nouveau Coronavirus (2019-nCoV)

Sur ce site Web, vous trouverez des informations et des conseils de l'OMS concernant la flambée actuelle de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) qui...

Articles similaires

Alexandre Del Valle. “De Black Lives Matter au djihadisme”. Entretien avec Pierre Rehov, spécialiste franco-israélien de l’anti-terrorisme

Pierre Rehov Pierre Rehov est reporter de guerre, réalisateur de documentaires, chroniqueur dans la presse...

Violences sexuelles dans le patinage : Vingt-et-un entraîneurs mis en cause par le ministère des Sports

Une compétition de patinage, le 1er février 2020 à Rouen (photo d'illustration). — Maxime...

Coronavirus : Pour aider la Sécurité sociale, le gouvernement veut mettre à contribution les mutuelles santé

Pendant le confinement, les Français sont très peu allés se faire soigner. — FRED...

Le Liban glisse dans l’abîme d’un «État en faillite»

Lorsqu’il a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères du Liban le...

L' article original se trouve sur ce site