Flambée du coût de la vie en Israël

Les experts économiques disent que le nouveau gouvernement israélien devrait moins se concentrer sur l’industrie de haute technologie et s’attaquer aux problèmes de la hausse des prix des biens de consommation et du marché immobilier incontrôlable.

Alors qu’une grande partie du reste du monde connaît une crise économique déclenchée par la pandémie de COVID-19 et exacerbée par la guerre en Ukraine, on peut dire qu’Israël est en relativement bon état.

Même ainsi, le coût de la vie dans le pays – jamais bon marché – monte en flèche, et un taux d’inflation en hausse se fait sentir par la population. La formation d’un nouveau gouvernement pourrait cependant être l’occasion de mettre en œuvre des politiques visant à alléger le fardeau.

Le Dr David Ash, consultant titulaire d’un doctorat en finance et économie immobilière en Israël, dit que l’on peut dire que l’économie israélienne est dans une certaine mesure en bon état, avec un faible taux de chômage de 3,9%, un taux annuel taux de croissance d’environ 6 à 7 % et un indice des prix à la consommation d’environ 4 %. Ce dernier, estime-t-il, est l’un des plus bas parmi les économies occidentales.

Néanmoins, il prévient que cela ne signifie pas qu’Israël n’est pas un pays cher pour ses citoyens, ce qui est le cas depuis des décennies.

Emre Akanak, doctorant israélien, économiste et data scientist, affirme que, malgré le fait qu’Israël connaît un taux d’inflation inférieur (4,6%) à celui d’autres pays occidentaux, dont les États-Unis où il est actuellement de 8,5%, l’inflation se fait sentir plus fortement par les Israéliens.

Akanak dit que ce phénomène est dû au coût de la vie élevé en Israël, soulignant que « les prix de la nourriture et du logement [qui] sont plus élevés que dans de nombreux autres pays ».

Ash souligne que le coût de la vie a augmenté au cours de la dernière année parce qu’Israël a un petit marché ouvert qui réagit en conséquence lorsque les prix augmentent dans le monde.

Il dit que cette hausse est aggravée par le fait qu’Israël ne ressent pas vraiment de récession dans le pays, donc « les gens dépensent encore de l’argent pour la consommation. Du coup, les prix ne cessent d’augmenter. »

Après près de quatre ans d’instabilité politique qui a vu cinq tours d’élections, l’électorat israélien a voté la semaine dernière pour un nouveau parlement, les résultats indiquant qu’un gouvernement relativement stable dirigé par l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahu sera formé dans les semaines à venir.

Les résultats des élections, estime Ash, peuvent avoir un impact positif sur l’économie du pays. « Un gouvernement stable est toujours bon pour l’économie », dit-il.

Même ainsi, il note que cet effet positif sur l’économie est soumis aux politiques du nouveau gouvernement.

En tant que tel, Ash dit qu’il faut considérer la flambée du coût de la vie en Israël comme deux problèmes distincts : les prix des logements et le coût des produits de consommation.

Il souligne qu’au cours de l’année écoulée, le prix moyen d’un appartement en Israël a augmenté de plus de 18 %, et de plus de 150 % au cours des 15 dernières années.

« Il est très difficile pour les gens d’acheter un appartement », dit-il. En effet, les protestations massives qui ont éclaté en Israël il y a un peu plus d’une décennie à propos du coût de la vie ont été en grande partie déclenchées par des jeunes qui n’avaient aucun espoir de mettre un pied sur l’échelle de la propriété.

Pour résoudre ce problème, il suggère que « le gouvernement doit encourager la construction : plus de 70 000 unités par an pendant au moins quelques années ».

Concernant la consommation, il note que la plupart des industries en Israël sont monopolisées, ce qui fait grimper les prix.

Il voit la solution à cela comme un autre travail pour le nouveau gouvernement, qui, selon lui, doit démanteler les monopoles, encourager les importations et réduire les droits de douane.

Akanak dit qu’un autre problème auquel le pays est confronté est ce qu’il appelle la « ségrégation » entre la main-d’œuvre dans différentes industries.

Il cite l’exemple de l’un des atouts d’Israël – son industrie de haute technologie efficace et flexible. Les exportations de haute technologie ont atteint 140 milliards de dollars en 2021, soit quelque 29 % du produit intérieur brut total de 481,6 milliards de dollars du pays pour cette année-là.

Et bien que l’industrie de la haute technologie contribue à l’économie dans son ensemble, dit Akanak, ses avantages ne sont pas ressentis par les travailleurs de toutes les industries.

« Les travailleurs de la haute technologie ont commencé à recevoir des salaires plus élevés et des augmentations par rapport à l’inflation [mais] les employés d’autres industries ne reçoivent pas d’avantages similaires. »

Par conséquent, dit-il, Israël devrait augmenter la productivité dans l’agriculture, l’agriculture, le logement, la construction et l’industrie lourde, et augmenter les salaires dans ces domaines.

« Résoudre [ce problème] nécessite plus qu’un gouvernement fort, cela nécessite une politique d’État à long terme », dit-il.

Ash pense également que si le nouveau gouvernement encourageait la construction de logements, le prix d’un appartement en Israël finirait par baisser, et s’il démantelait les monopoles, encourageait les importations à des fins de consommation et réduisait les droits sur ces importations, le coût de la vie diminuerait également.

Même ainsi, il dit que ses attentes à cet égard ne sont pas élevées, car « aucun gouvernement au cours des 10 dernières années n’a réussi à réduire le coût de la vie ».

Source :ynetnews.com

L' article original se trouve sur ce site

Share

Pays où se trouve d'importantes communautés juives

France
30,513,713
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Belgium
4,211,511
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Canada
3,926,613
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Switzerland
3,708,891
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am
Israel
4,301,609
Cas Confirmés
Updated on June 27, 2022 12:44 am

Dernière mise à jour

FAQ

Articles similaires

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : Quatre questions avant la visite d’Etat

Emmanuel Macron arrive aux Etats-Unis dans la nuit de mardi à mercredi, heure française,...

Oui, la France est bien mauvaise élève pour les énergies renouvelables

La France va-t-elle se voir sanctionner pour son mauvais bilan en matière d’énergies renouvelables ?...

Coupe du monde 2022 : L’arbitre française Stéphanie Frappart va entrer dans l’histoire lors de Costa Rica-Allemagne

Stéphanie Frappart continue de collectionner les premières fois dans l’histoire du football. L’arbitre française...

Pour Olivier Nasti, sacré chef de l’année, c’est sa « persévérance » et « le gibier » qui ont fait la différence

La nouvelle a été officiellement annoncée lundi. Mais voilà déjà quelque temps que le...